Retour à la page d’accueil   

Réagir : jean.alexandre2@orange.fr

Voir les réactions des visiteurs 

 

 

 

L’angelesse, ou l’évangile du dimanche

dans ma traduction*

 

Il s’agit de la traduction de "l’évangile" du dimanche ou de la fête liturgique

(le texte est choisi selon la liste de la Fédération protestante de France).

 

Je place après chaque texte une ″NOTE PÉDANTE supposée donner quelques

éclaircissements. 

 

https://jeanalexandre.fr/evangile_fichiers/image002.jpg

       4

On trouvera d’abord ci-dessous la page du 21 avril  

puis celle du Dimanche 28 avril, en cliquant ici

  

Dimanche 21 avril 2024 – Évangile selon Jean, chapitre 10, versets 11 à 18

         

Je suis le berger — le bon

le bon berger — se démet de sa vie pour les brebis

Le salarié — lui qui n’est pas le berger — à qui ne sont pas les brebis

il voit venir le loup — et il abandonne les brebis — et il fuit

Et le loup — s’empare d’elles et les disperse

parce qu’il est salarié — et qu’il ne se soucie pas des brebis

Moi je suis le berger — le bon —— et je connais celles qui sont à moi

et celles qui sont à moi me connaissent

Comme me connaît le Père — et comme je connais le Père

et je me démets de ma vie pour les brebis

Et j’ai d’autres brebis — qui ne sont pas de cet enclos

je dois mener celles-là aussi — et elles entendront ma voix

Et il y aura — un seul troupeau

un seul berger

C’est pour cela — que le Père m’aime

parce que je me démets de mon être —— afin qu’à nouveau — je le reprenne

Personne — ne me l’enlève

mais je me démets de lui moi-même

J’ai autorité — pour me démettre de lui —— et j’ai autorité pour le reprendre

c’est le commandement que j’ai reçu — de mon Père

 

 

 

 

NOTE PÉDANTE

 

Dimanche 21 avril 2024           

 

Évangile selon Jean, chapitre 10, versets 11 à 18                                      

(Psaume : 118 – Actes des Apôtres 4, versets 8 à 12 – Première épître de Jean 3, verset 1 & 2)

 

Notre meneur

 

Un berger a reçu autorité sur le troupeau de la part du propriétaire.

Il fait partie de la maison du maître, et c’est en ce sens que les brebis sont à lui,

Surtout s’il est fils du maître (maître, brebis, berger, fils : on parle en parabole).

Il n’abandonne pas ses brebis, il accomplit tout acte nécessaire à leur bien.

Ainsi, pour le Jésus de l’évangile selon Jean, sauver sa vie serait les abandonner,

se conduire en mercenaire ; et se défaire de sa vie, c’est les mener en sûreté. 

Les brebis en question composeront un troupeau futur,

qu’ils soient d’une bergerie ou d’une autre, d’un faux berger ou d’un autre :

l’humanité future, troupeau composé des amis du berger véritable,

n’est pas d’une seule origine ou appartenance.

Ici ou là sont des gens qui appartiennent au Christ, qu’ils sachent ou non

l’appeler Seigneur, ou Messie, ou Fils de Dieu, à leur manière ils le connaissent

et sont connus de lui.

 

 

 

 

Dimanche suivant :

Dimanche 28 avril 2024   

Évangile selon Jean, chapitre 15, versets 1 à 8

   

Je suis la vigne —— la véritable

et mon père — est le paysan

Tout sarment — en moi — qui ne porte pas de fruit —— il l’enlève

et tout sarment qui porte du fruit — il le purifie —— afin qu’il porte plus de fruit

Déjà — vous êtes purs — grâce à la parole — que je vous ai dite

demeurez en moi —— et moi en vous

De même que le sarment — ne peut pas porter du fruit de lui-même — s’il ne demeure pas sur la vigne

de même — vous non plus — si vous ne demeurez pas en moi

Moi je suis la vigne — vous les sarments

celui qui demeure en moi — et moi en lui — celui-là porte beaucoup de fruit —— car sans moi — vous ne pouvez rien faire

S’il en est un qui ne demeure pas en moi —— il est jeté dehors — comme le sarment — et il sèche

et on les rassemble — et au feu on les jette —— et ils brûlent

Si vous demeurez en moi — et si mes paroles demeurent en vous

ce que vous voulez — demandez-le —— et cela vous arrivera

En ceci mon père est glorifié

que vous portiez beaucoup de fruit —— et deveniez pour moi — des disciples

 

 

 

 

NOTE PÉDANTE

 

Dimanche 28 avril 2024           

 

Évangile selon Jean, chapitre 15, versets 1 à 8                              

(Psaume 22 – Actes des Apôtres 9, versets 26 à 31 – Première épître de Jean 3, versets 18 à 24)

 

Parole/Acte

 

Dans la culture qui paraît là, dont l’idéal est la justesse,

un disciple accompli a reçu la parole de son maître de telle sorte que,

son maître absent, il puisse transmettre la même parole à ceux qui suivront.

C’est un lien physique, comme toute parole vraie, et ce qui importe,

ce sont les fruits portés par cette parole, c’est-à-dire les comportements induits.

Jésus est la vigne (image biblique d’un peuple juste façonné par Dieu)

parce qu’il est juste, absolument conforme, obéissant, à la volonté divine.

Ce moi obsédant n’est pas la marque d’un narcissisme,

mais de cette absolue conformité à la parole de Dieu, dans le faire et le dire.

Il est lui-même cette parole-acte, cette vie-en-Dieu, et il est le seul à l’être.

À qui veut vivre en Dieu, tout l’évangile selon saint Jean affirme

qu’on ne le peut qu’en s’incorporant à ce maître-là, et en se l’incorporant.  

 

 

 

 

Traduire 

Je traduis ici en fonction de deux impératifs arbitraires :

1/ faire en sorte que le caractère grec antique – donc étranger – de ces textes

puisse être perçu autant que possible ;

2/ inscrire un rythme visant à faciliter la lecture orale de ces textes,

considérés comme des œuvres littéraires.

On trouvera à la page Matthieu des explications théoriques et pratiques,

destinées à aider le lecteur.

 

 

 

 

On peut peut-être trouver encore en librairie l’édition intégrale

de cette traduction des quatre évangiles parue sous le titre :

 

QUATRE ANNONCES DE PAIX

Une traduction des évangiles pour la lecture à haute voix

par Jean Alexandre

 

aux Éditions Lambert-Lucas

4 rue d’Isly, 87000 Limoges

Tél. : 05 55 77 12 36

ISBN : 978-2-35935-031-9

320 pages, 18 €

 

 

 

Retour au haut de page