Retour à la page d’accueil

Retour à la page Poèmes

 

 

Au huitième jour
Ou onze dires quant au dieu

 

 

Il s’agit d’un élément du recueil

de poèmes/dires intitulé

Le peut-être et l’après

 

paru en décembre 2019.

Voir à la page Le peut-être et l’après

 

On peut retrouver l’ensemble des onze dires à la page Huitième jour 1

 

 

 

 

 

On dirait maintenant que rien ne va plus !

Et bien sûr on s’en remet à Dieu, mais lequel ?

Celui du Christ, mais quand il nous parle aujourd’hui

peut-être a-t-il en quelque sorte changé.

Peut-être même qu’il n’a pas gardé son nom, tant de fois sali.

Peut-être aussi qu’il a changé de lieu, converti son temps.

Qu’il n’est plus avant, ni au-dessus, mais devant ?

Peut-être qu’il veut sans cesse appeler, crier vers nous,

afin que nous qui sommes au bord du vide,

nous inventions le bonheur en ce monde.

 

Voici le onzième et dernier dire :

 

 

Il transmet

 

souviens-toi, dit le dieu qui appelle

des jours où je me disais ton père

 

en ces temps-là mes chiens courants

t’écrivaient des poèmes

 

mes prophètes, mes poètes

te contaient des histoires

 

comme au lit du soir un enfant

ils t’enseignaient en paraboles

 

ils te disaient mon amour

te montraient mes chemins

 

mais ces jours ont passé

aujourd’hui est ton jour

 

c’est à toi de parler, de conter, de rimer

d’enseigner

 

c’est à toi de créer, à toi enfin de faire

c’est cela ou tu meurs

 

et pour moi qui t’appelle

accomplis mon rêve de bonheur

 

 

 

Retour au haut du document